statc J£w$ Got Mon€¥: 'Jews got money' : Le documentaire qui enquête sur les Juifs pauvres

lundi 10 décembre 2012

'Jews got money' : Le documentaire qui enquête sur les Juifs pauvres


Si le cliché éculé rabâche jusqu’à l’entêtement combien les Juifs sont riches, qu’en est-il des Juifs pauvres ? Qui sont-ils ? Où les trouve-t-on ? Ce sont les questions posées dans Jews Got Money, premier documentaire du réalisateur français Sacha Andreas, une enquête à l’histoire un peu folle et finalement très juive qui mérite d’être racontée.
Comment vient donc l’idée d’un documentaire sur les Juifs pauvres ? Andreas témoigne : « A l’époque, j’habitais au Brésil, et le film La petite Jérusalem, sur des Juifs pauvres de Sarcelles (ville de banlieue parisienne), avec Elsa Zylberstein, est passé à la télévision. Un ami brésilien, d’abord étonné, m’a dit qu’il trouvait ça intéressant de montrer dans un film des Juifs qui ne soient pas riches, comme on le pense trop souvent. J’ai immédiatement tilté en me disant que là, il y avait quelque chose à faire, une information à porter, et le titre, Jews Got Money, m’est venu immédiatement ». Ainsi germe l’idée du documentaire. Mais pour S. Andreas, le plus dur s’annonce. Sollicitant les institutions juives françaises, ainsi que de nombreuses personnalités françaises susceptibles, selon lui, de soutenir son projet, le réalisateur ne voit aucune porte s’ouvrir. Peur de voir certains propos mal interprétés, gêne à évoquer le dénuement de certains coreligionnaires : le sujet effraie jusqu’à devenir tabou. Prouver l’inverse du cliché concernant les Juifs et l’argent ne constitue pas un objectif premier pour la communauté juive française; celle-ci, méfiante, préfère simplement ne pas communiquer sur le sujet.
Face aux divers refus essuyés dans l’Hexagone, le réalisateur et sa femme (qui, détail intéressant, ne sont pas juifs) décident alors de tenter leur chance outre-Atlantique. A New York, avec 2.000 $ en poche, le couple rompt avec son impatience et s’attèle au tournage d’un documentaire construit autour d’un assemblage intelligent d’interviews de divers responsables des communautés juives new-yorkaises. New York où les langues se délient plus facilement qu’à Paris. De la Free Burial Association offrant des services funéraires aux Juifs démunis à l’organisme centralisant les présidents des grandes associations juives américaines,le documentaire Jews got Money propose, 40 minutes durant, une plongée sans artifice dans le monde des Juifs pauvres.
A la recherche d’un distributeur et de partenaires, le documentaire fait actuellement le tour du monde des festivals. Pour l’heure, ceux que le sujet intéresse pourront trouver la bande-annonce du documentaire de Sacha Andreas sur www.youtube.com.
Lire aussi notre article 'Belgique : La communauté juive connait la crise' paru dans Regards (03/2009)
Mardi 4 décembre 2012
Laurent-David Samama
http://www.cclj.be/article/1/3923

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire