statc J£w$ Got Mon€¥: Non, les juifs ne sont pas tous riches

jeudi 13 novembre 2014

Non, les juifs ne sont pas tous riches


“Les Juifs pauvres, ça existe ?” C’est suite à cette réflexion de l’un de ses amis, après avoir vu La Petite Jérusalem, que Sasha Andreas décide de faire un film sur un sujet dont on parle peu : la pauvreté au sein de la communauté juive. Mais le cliché selon lequel “les Juifs ont de l’argent” est bien ancré dans les esprits, et la précarité de certains d’entre eux semble être un réel tabou. Pour preuve, deux ans après le bouclage du film, les auteurs de “Jews got money” n’ont toujours pas trouvé de salle pour diffuser leur documentaire.
“Mettre fin à un stéréotype”
“Un Juif new-yorkais sur cinq vit dans la pauvreté”, affirme Anna Heim, productrice du film. L’équipe du film a choisi de concentrer son attention sur New York. Dans leur documentaire de quarante minutes, sociologues, membres d’associations caritatives, représentants officiels de la communauté juive ont la parole. Le réalisateur voulait “mettre fin à un stéréotype dangereux”,  nous explique Anna Heim. Dans une tribune sur le Huffington Post, la réalisatrice racontait:
Il n’y a pas de raison de cacher l’existence des Juifs pauvres. Non seulement cela nourrit l’antisémitisme, mais cela prive aussi les associations qui leur viennent en aide de dons dont elles manquent toujours autant“.
Mais alors que l’objectif du film est de faire prendre conscience d’une réalité, les réactions ont pu être étonnantes, témoigne Anna Heim :
Nous avons même été accusés de créer le cliché sur les Juifs riches“.
Pourtant, le but est bel et bien de souligner un fait qui tient de l’évidence : pourquoi, précisément, n’y aurait-il pas de Juifs pauvres ? “Certaines personnes qui ont vu le film nous ont dit : ‘c’est logique que tous les Juifs ne soient pas riches’. Nous avons mis le doigt sur une évidence”, rapporte la productrice.
Aucun distributeur, peu de couverture médiatique
Alors même que “Jews got money” traite d’un sujet qui se fait rare au cinéma et dans les médias en général, l’équipe du film a eu beaucoup de mal à trouver des financements, explique Anna Heim :
Nous avons donc décidé de le tourner à New York, avec un très petit budget“.
Mais les difficultés ne faisaient que commencer. Si le cliché a la vie dure parmi les personnes non juives, il existe aussi au sein de la communauté juive. “C’est un tabou, répète Anna Heim, les Juifs ont peur d’être mal vus. Il n’y a pourtant aucune raison : il existe de très nombreuses raisons pour lesquels des Juifs vivent dans la pauvreté.” Trouver des témoins et spécialistes qui acceptent de parler du sujet n’a donc pas non plus été chose facile. Et au moment de diffuser le film, tous les interlocuteurs vers lesquels se sont tournés Anna et Sasha ont refusé :
On nous renvoyait souvent vers la communauté juive, qui n’étaient pas plus intéressés que les autres“.
Même problème avec les médias. Anna Heim évoque un article de Rue 89, et quelques-uns dans la presse anglophone. “Mais nous aimerions que les médias français en parlent, regrette la productrice, car nous sommes Français.”
“Nous voulions que les gens voient notre film”
Deux ans après, Sasha et Anna ont trouvé une solution : diffuser le film sur Internet. Il est disponible sur la plate-forme Reelhouse, un site canadien qui permet la mise en ligne de films indépendants. Les internautes peuvent louer ou acheter le film pour un petit prix. Une démarche de dernier recours pour le réalisateur et sa productrice :
Cela risque de compromettre le film de le mettre sur Internet. Nous avons pris cette décision après avoir frappé à toutes les portes“.
Mais une raison a motivé les deux auteurs de “Jews got money” à prendre ce risque :
Nous avons fait ce film pour son message. Nous voulions que les gens le voient“.

http://www.lesinrocks.com/2014/11/13/actualite/jw-got-mone-docu-trouve-pas-distributeur-11535221/ 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire