statc J£w$ Got Mon€¥

vendredi 23 juillet 2021

Argentine: un professeur propose d'offrir un bonus à "celui qui trouve un Juif pauvre"

 Un professeur d'université en Argentine a déclaré à ses étudiants qu'il "accorderait un bonus à quiconque trouverait un juif pauvre", a rapporté lundi le Jewish Telegraphic Agency.

Lors d'un cours en ligne sur la politique internationale dans une université située à Cordoue, le professeur Esteban Lizondo a également affirmé que la création de l'État d'Israël était une concession au "lobby sioniste" en échange d'argent, selon des sources locales. 

L'un des étudiants de Lizondo, dont l'identité n'a pas été précisée, a enregistré la conférence et l'a publiée sur les réseaux sociaux. 

L'étudiant a également signalé l'incident au bureau de l'Organisation juive argentine (OJA), qui s'est plainte à l'université.

"L'argent des Juifs démontre également le pouvoir des Juifs. Pourquoi pensez-vous que les nazis ont tué tant de Juifs? Imaginez que tandis que les Allemands étaient empêtrés dans une crise économique sans précédent les Juifs, eux, continuaient de s'enrichir", a-t-il poursuivi.

Dans sa plainte, l'OJA a noté que les commentaires du professeur violaient une loi argentine contre la discrimination, qui stipule qu'il est illégal "d'encourager ou de susciter la persécution ou la haine contre une personne ou des groupes de personnes en raison de leur race, religion, nationalité ou idées politiques."

L'université a répondu dans un communiqué qu'elle ne permettait aucun type de discrimination. Une enquête va être lancée et si les accusations sont vérifiées, l'université prévoit d'imposer des sanctions "maximales"à l'enseignant.


https://www.i24news.tv/fr/actu/international/ameriques/1594061820-argentine-un-professeur-propose-d-offrir-un-bonus-a-celui-qui-trouve-un-juif-pauvre

https://www.lavoz.com.ar/ciudadanos/ya-no-pertenece-a-universidad-siglo-21-docente-que-fue-sumariado-por-dichos-antisemitas/

vendredi 18 juin 2021

If Jews controlled Hollywood, it’s fair to say this would not be happening

Several years ago, a non-Jewish film producer turned to me and announced, casually and with an air of arrogance and ignorance reserved particularly for bigots, “Jews control Hollywood.”

He assured me this was a compliment, as many antisemites are wont, trotting out Neal Gabler’s seminal text on the subject, “An Empire of Their Own: How the Jews Invented Hollywood,” as evidence. But it was clear that said producer had either never read Gabler’s book, or missed one of its key points entirely: the founding producers of the film biz were Jewish, most of them Eastern European immigrants, excluded and ostracized from virtually every other industry in America.

William Fox, Carle Laemmle, Louis B. Mayer — they created Hollywood out of collective necessity, a decidedly human desire to realize the American Dream. They were not wanted anywhere else. But if these pioneering studio heads were Jewish, the majority of directors, writers and actors were not. Preston Sturges, Frank Capra, John Ford, Howard Hawkes — these were the artists largely shaping early 20th century cinema in the U.S.

In short, there is a core etymological difference between invent and control.

This was not, of course, the first time I’d heard uttered the weary and delusional trope that Jews, who comprise roughly 0.2 % of the world’s total population, are somehow at the totalitarian helm of an industry that, per the U.S. Dept. of Labor, supports some 2.6 million jobs. Growing up Jewish in post-Holocaust America, I’ve experienced antisemitism in all its various nefarious forms, from violent physical assaults to passive microaggressions shrouded in the guise of woke intellectualism.

But, for whatever reason — aside from the well-documented epigenetic trauma, antisemitism can breed introspection in its objects of hatred — said producer’s assertion that Jews dominate decision-making in Hollywood prompted me to examine the years working in the film industry in which I, a Jew, had zero decision-making power.

In 1997, after graduating from USC with an MFA in screenwriting, I spent that summer penning a semi-autobiographical script that would ultimately land me a deal at a major motion picture studio. Before sending it out, however, my then-agent advised me to make the storyline “less Jewish.” Could we change the Jewish characters to Irish-Catholic ones? she asked. We could, so I did. Because I was new to the biz and assumed that is what one needed to do in order to work as a screenwriter.

In truth, it wasn’t difficult. I grew up in Boston, a city with the highest percentage of Irish ancestry in the United States. I wore green on St. Patrick’s Day and sat through annual elementary school screenings of “Darby O’Gill and the Little People.” So, I changed the bat mitzvah scene in my script to a First Communion and switched the Cohen family to the McConnells. The essence of the script felt lost, but at least I’d scored a job.

From that moment on, the message was clear: you can be Jewish in Hollywood, but not too Jewish.

For decades the watering-down of Jewish representation in TV and film, namely in terms of casting, struck me as an annoying but not necessarily harmful casualty of Jewish life in America, one in which assimilation — not just for Jews, but for every ethnic group — has always come at the expense of subverting one’s cultural identity. But amidst a surge of antisemitism in the United States — per the FBI, 63% of all reported religion-based hate crimes in 2019 were directed at Jews, making it the single-largest category — and the fact that scant few individuals are speaking out against these crimes, it bears reminding those in the industry that, as with any other ethnic minority (Asians, Blacks, Indigenous peoples), the perception of Jews onscreen does matter. In a day and age in which a focus on diversity and inclusion is front and center, it’s a hypocrisy to affirm it doesn’t.

Are there Jewish characters on screen? Of course. From Jerry Seinfeld to Fran Drescher’s nanny and Debra Messing’s “Grace,” there are Jewish protagonists that are writ large in the American pop cultural canon. But for every Larry David, there’s a Cheryl Hines, a non-Jewish spouse, friend — foil, if you will — to offset the Jewishness. To make it more “accessible” for American society at large. (Unless the storyline is about the Holocaust; then Hollywood seems to be OK with an entire family being Jewish, especially if they die at the end.) When there is a Jewish actor playing a Jew, Hollywood effectively demands said actor to express at least slight moral disdain and psychological discomfort with one’s Jewishness. The edgy, neurotic misfit Jew has become synonymous with Jews in film and TV, from Woody Allen in every movie he’s made to every actor playing Woody Allen’s surrogate to Seth Rogen’s nebbish-y pothead slacker in “Knocked Up.”

Because, God forbid, Jews like being Jewish. Far more fashionable to be a little self-hating.

Actors ignoring or nonchalantly brushing off antisemitic comments — statements further perpetuating the damaging mythical assertion that Jews imagine the hatred directed their way —can be cast as Jews. And they are. Hollywood has no issue with this at all. Take “Mank,” for example, David Fincher’s biopic about “Citizen Kane” screenwriter Herman J. Mankiewicz. Gary Oldman, who netted an Oscar nom for his portrayal of Mank, told Playboy magazine in 2014 that people should “get over” Mel Gibson’s infamous 2006 antisemitic rant. And they did, of course. Despite Gibson’s antisemitic (and misogynistic and racist) slurs, he’s continued to work as a director and actor. His status in the biz has thrived; in 2017, Gibson earned an Oscar nom for directing “Hacksaw Ridge.”

The messaging here, too, is clear: You can say and do things that are antisemitic, and still go on to have a flourishing career.

With rare exception in the way of Barbra Streisand — perhaps the singular Jewish superstar whose cultural identity, not to mention her unrelenting support of Israel, is allowed free rein across music, television and film —Hollywood seems to find an almost obsessive, near-pathological need to dilute female Jewish characters. Or erase.

The examples are vast, and they are also maddening. In “The Marvelous Mrs. Maisel,” Jewish heroine Midge is played by non-Jew Rachel Brosnahan. In “On the Basis of Sex,” Ruth Bader Ginsburg, the modern-day thinking Jewish woman’s pin-up for her groundbreaking contributions to constitutional law, is played by non-Jewish British actor Felicity Jones. And in Hulu’s “Mrs. America,” Jewish second-wave feminists Betty Friedan, Bella Abzug and Gloria Steinem are played by Tracy Ullman, Margo Martindale and Rose Byrne — none of whom are Jewish. Julianne Moore (not Jewish), also played Steinem in Julie Taymor’s “The Glorias.” And in ABC’s long-running sitcom “The Goldbergs,” shopaholic balabusta Beverly Goldberg is played by non-Jewish comedian Wendy McClendon-Covey. Even Elsa, the adolescent “Jew in the Wall” in Taika Waititi’s Oscar-winning “Jojo Rabbit,” is played by non-Jewish actor Thomasin McKenzie.

My current favorite: in Guy Nattiv’s upcoming Golda Meir biopic, Helen Mirren (and, yes, the Oscar-winner is an inarguably gifted actor), will play Israel’s lone female prime minister, an iron-fisted global leader who commandeered Israel to victory during the Yom Kippur War. Because nothing says Kiev-born, Milwaukee-raised kibbutznik-turned-“gray-bunned grandmother of the Jewish people” — a political figure who embraced her “ugliness” as a political asset and whom David Ben Gurion was fond of calling “the best man in the government”—than a regal British Dame with ancestral ties to Russian nobility.

As Sarah Silverman, who speaks freely of oft being considered “too Jewish” to play certain roles, noted on her podcast and on “The Howard Stern Show” last November: “Lately it’s been happening — if that role is a Jewish woman, but [if] she is courageous, or she deserves love, or has bravery, or is altruistic in any way, she’s played by a non-Jew.”


(...)

 https://variety.com/2021/biz/features/jewish-hollywood-antisemitism-hyperbolic-caricatures-casting-jews-hate-crimes-1234997849/

lundi 7 juin 2021

Le canari de la mine de charbon n'est plus vivant

 Je ne veux plus perdre de mots là-dessus. Les juifs d'abord, puis les chrétiens, suivis des personnes LGBTQ et ensuite aussi des musulmans incroyants. Ils mourront tous tôt ou tard. Passons à la Oumma et au califat hollandais. Il est trop tard pour inverser la tendance.


Le canari dans la mine de charbon a disparu depuis longtemps.

vendredi 24 janvier 2020

Comment parler de la Shoah et de l'antisémitisme à son enfant ?





Alors que l'on commémore cette semaine les 75 ans de la libération du camp d'Auschwitz, les souvenirs refluent d'un passé douloureux, lorsque des rescapés livrent leur témoignage. Ainsi, celui de Fanny Ben Ami, recueilli jeudi par l'AFP, interpelle. Cette femme de presque 90 ans, a "encore du mal à parler de ses parents", assassinés par les nazis en Pologne, son père au camp de Majdanek et sa mère dans le camp de concentration et d'extermination d'Auschwitz-Birkenau. Et finalement à quoi bon... puisque pour elle, "l'antisémitisme ne sera pas éradiqué". "Je pense que les leaders du monde entier sont venus (ce jeudi à Jérusalem, ndlr) surtout pour affirmer que l'antisémitisme est une plaie, mais on repart en arrière et rien ne change", regrette-t-elle. 



Comment ne pas la croire à un moment où les actes haineux envers les Juifs augmentent en France (70% disent en avoir été victimes selon un sondage Ifop paru cette semaine), et où près d'un Français sur six (57%) méconnaît cette sombre page de l'Histoire, comme l'indique une enquête de l’institut Schoen Consulting publiée mercredi ? Un chiffre qui monte à 69 % chez les moins de 38 ans. Autre pourcentage qui fait froid dans le dos : 16 % des personnes interrogées disent ne même pas avoir entendu parler de la Shoah (25 % chez les moins de 38 ans). Cet enseignement serait-il délaissé à l'école ? Si tel est le cas, que faire en tant que parent face à ce sujet, ô combien sensible ? Nous republions ci-dessous les réflexions que nous avaient partagées l'an dernier le directeur du Mémorial de la Shoah et deux psychologues sur la manière d'aborder l'antisémitisme avec les enfants.



Pour le psychologue clinicien Patrick-Ange Raoult, auteur de Violence et Mal-être - Discriminations et radicalisations (Editions Dunod), les parents ne doivent pas se substituer à l'école, bien au contraire. "Il faut que ce soit une action conjointe et cohérente. Les parents comme porteurs des valeurs socio-familiales - ils sont là pour transmettre des repères importants -, et l'école comme porteuse des valeurs sociales, nous dit-il. Le problème, c'est quand il y a un décalage trop grand entre le discours familial et celui du milieu scolaire; à ce moment-là, l'enfant est confronté à un conflit de loyauté, et en général, il donnera plutôt raison à sa famille". 
"Prenez par exemple l'histoire de la Shoah : il est important que les parents puissent en parler, mais certains ne vont pas avoir les mêmes positions que l'école. Seule une documentation et des repères historiques permettront à l'enfant de se forger sa propre opinion", poursuit le psychologue. "Cela fait partie des difficultés rencontrées par les enseignants sur un certain nombre de sujets. Il faut faire attention à ce que l'éducation ne soit pas perçue comme de la propagande aux yeux de certains élèves", renchérit Jacques Fredj, le directeur du Mémorial de la Shoah. 
Les deux spécialistes s'accordent donc à dire que la question de l'antisémitisme doit être traitée de façon plus large et inclure l'ensemble des discriminations. Car finalement, lutter contre l'antisémitisme, c'est d'abord combattre les préjugés. "Des stéréotypes, on en a tous dans la tête, le cheminement de notre pensée nous amène à en produire. Ce qui fait la différence, c'est qu'à un moment la raison va nous permettre de les filtrer et de dire : 'Non ça, ça relève du racisme ou de l'antisémitisme'. Mais la difficulté chez les enfants, c'est qu'ils reprennent ce qu'ils entendent autour d'eux sans avoir encore une pensée organisée qui leur permet d'avoir cette fameuse grille de lecture", décrypte Jacques Fredj.
"Les enfants ne naissent pas racistes ou antisémites mais les stéréotypes de ce genre commencent à se propager dès l'école primaire, souligne-t-il. C'est pour ça que la famille a un rôle à jouer. C'est un sujet qu'il faut porter de manière permanente, dès le plus jeune âge. Ce sont les parents qui amènent les enfants au musée, qui leur font découvrir des films, qui leur conseillent des livres... Aujourd'hui, on somme le gouvernement d'agir, à raison, mais il y a aussi des initiatives qui relèvent de chacun d'entre nous. On ne changera pas la société uniquement avec des textes de lois et des plans d'éducation !"


Entre 3 et 8 ans : leur inculquer la différence



Alors, comment aborder la question du racisme ou de l'antisémitisme face à des petites bouilles d'à peine trois ans ? L'école peut remonter le fil historique, mais la famille, à quoi peut-elle se rattacher ? " En fait, c'est la notion de différence qu'il faut mettre en avant, et cela peut se faire dès le plus jeune âge", répond Patrick-Ange Raoult. D'autant qu'il y a une spontanéité plus grande chez l'enfant dans l'acceptation de l'autre".
Pour l'illustrer, le psychopédagogue Alain Sotto nous donne un exemple criant de vérité : "Prenez un petit garçon de 5 ou 6 ans et mettez-le face à un enfant handicapé, noir, de sexe féminin..., puis demandez lui : 'Qu'est ce qu'il a de différent par rapport à toi ?' Et bien que croyez-vous qu'il va répondre ? S'il est à la cantine, il va dire : 'celui là aime les spaghettis et pas moi'. En fait, il ne va pas s'attacher au physique, il ne le voit pas, ce n'est pas un signe distinctif pour lui. C'est la société qui va lui inculquer la différence".
On peut donc prendre les devants en n'hésitant pas à questionner son enfant : ça veut dire quoi être différent ? Qu'est-ce que ça crée comme sentiment ? Est-ce que ça fait peur ? "Il y a des moyens pédagogiques de tourner autour du sujet et d'engager une réflexion, ajoute Jacques Fredj. C'est aussi en découvrant la culture de l'autre, la culture du copain qui n'est pas comme soi, aller dans une mosquée, une église, une synagogue. Plus on connaît l'autre et moins il y a de tabous et donc de fantasmes. Et ça, c'est à la portée de tous les parents". 

Entre 8 et 13 ans : donner toutes les clés de compréhension




Dès le CM1/CM2, les enfants sont aptes à parler de l'antisémitisme. Pour Alain Sotto, "il faut leur donner un maximum de clefs de compréhension. Le problème, c'est que je ne pense pas qu'ils mettent ce sujet au dessus de la pile !". Au Mémorial de la Shoah, on a bien compris cet enjeu. Ainsi, de nombreux outils pédagogiques sont mis à disposition des parents, à l'image du Grenier de Sarah, un site d'introduction à l'histoire de la Shoah, conçu pour les 8-12 ans. Ce site leur donne à voir et à entendre des contes et des expressions qui montrent la diversité des cultures juives. Il propose également neuf parcours qui témoignent de la vie quotidienne des Juifs pendant la guerre, à partir de documents d’archives.
"L'histoire de la Shoah ne doit pas être enseignée trop tôt, car si on traite mal cette période et qu'on traumatise les enfants, on ferme une porte de manière définitive. Il nous a donc paru plus judicieux de se consacrer à l'histoire des Juifs, explique Jacques Fredj. De montrer par exemple que l'identité juive n'est pas que religieuse. Car finalement, ce qui pose problème en terme d'éducation, ce n'est pas tellement la Shoah, c'est la méconnaissance que les gens peuvent avoir des Juifs et du Judaïsme. On le voit au Mémorial, il y a des enfants qui demandent pendant la visite : 'C'est quoi un Juif ?' Mais ce n'est pas grave, l'important c'est qu'ils formulent toutes les questions qu'ils se posent, ce qui nous permet ensuite de répondre à leurs stéréotypes". 
Ainsi, poursuit le directeur du Mémorial, "on ne peut pas comprendre le fameux cliché qui dit que tous les Juifs sont des banquiers, si on ne sait pas que les Juifs pendant des siècles ont été interdits d'exercer un certain nombre de professions et que celui d'usurier (personne qui prête de l'argent avec un taux d'intérêt supérieur au taux légal, ndlr) était l'un des seuls autorisé". A ce sujet, un réalisateur indépendant, Sasha Andreas, avait réalisé en 2012, Jews Got Money, un documentaire déconstruisant un préjugé ayant la vie dure, selon lequel tous les juifs auraient de l'argent et auraient réussi dans la société. 

Entre 13 et 18 ans : attention danger !



En vieillissant, cette question des stéréotypes est de plus en plus facile à assimiler, mais du côté des ados se pose un autre problème : l'école, tout comme la famille, ne sont plus les seuls lieux de diffusion du savoir. "Il faut en effet accepter l'idée qu'aujourd'hui, les enfants ont d'autres sources d'information pour se forger une opinion. Les parents doivent se préoccuper de ça s'il ne veulent pas que leurs enfants partent vers des chemins compliqués", prévient Jacques Fredj.  
Le psychopédagogue Alain Sotto se montre encore plus inquiet : "La pire des choses, et là je suis catégorique, c'est le négationnisme, du style 'on n'a pas atterri sur la Lune, les camps de concentration n'ont jamais existé...' J'interrogeais ainsi un jeune en consultation pour savoir pourquoi il n'aimait pas les cours d'histoire et il m'a répondu : 'tout ce qui s'est passé avant ma naissance ne m'intéresse pas !'. Cela ne voulait rien dire pour lui, et évidemment il avait les pires notes dans cette matière. Du coup, je dis : attention danger. Par ailleurs, comme les jeunes ne lisent plus, ils vont sur YouTube, là où pullulent tous les films complotistes. En tant que parent, il est plus que jamais nécessaire de savoir quel est le niveau de croyances et d'information de son enfant". 
"Dans toutes les théories complotistes, l'antisémitisme est central, renchérit Jacques Fredj. C'est vieux comme le monde mais c'est encore plus vrai aujourd'hui. Cela fait partie du café du commerce et ce n'est pas l'apanage des adultes. Il y a aussi cette vision particulière des jeunes qui vivent dans certaines banlieues compliquées, où il y a un antisémitisme et un antisionisme importé des pays du Maghreb. Tout ça s'accumule et finalement, le préjugé antisémite est un sujet partagé par toutes les couches de la société française".
Une chose est sûre, nos trois spécialistes se rejoignent pour dire que l'éducation joue un rôle fondamental face à ces questions de racisme et d'antisémitisme et qu'il n'y a pas de fatalité. "On ne doit pas penser qu'il n'y a plus rien à faire. Il est vrai qu'avec un adulte qui a passé un certain âge et dont les idées sont très enracinées, il est très compliqué de faire bouger les positions. Mais pour un jeune qui a tout à découvrir de la vie, c'est facile", assure Jacques Fredj. "La famille joue un rôle de prévention essentielle, notamment avant la période où les adolescents deviennent rebelles, et qu'ils veulent prendre le contre-pied de leurs parents et de l'école, mais avant on a un boulevard", conclut-il. Par ailleurs, sachez que du 21 au 28 mars, se déroulera la Semaine d'éducation et d'actions contre le racisme et l'antisémitisme. Son objectif est de sensibiliser les élèves des écoles, collèges et lycées, à la prévention de toutes les formes de discriminations.

vendredi 24 mai 2019

Israelly"cool"

Sometimes i got some very agressive answers like this one below. I'm always flabbergasted...
People don't like to be proven how useless they are. How their so called combat is going nowhere. How their so called convictions are fake. There's a difference between fighting stereotypes and pretending to fight stereotypes. Most people belong to the 2nd category.
It's been years I'm fighting the number one stereotype on Jews and their supposed richness.  I'll never understand how people pretending to share the same fight will forever put the number one cliché on Jews under the carpet and will, pretending to wear their heart on the sleeve, delicately delete my mails, and even sometimes attack, intimidate me if I don't follow their footsteps of cowardice...
This is a taboo subject. No matter what they say. I made the only docu on this subject and 99.9% persons i ask some help to are just pretending to look elsewhere...
And they don't like to be reminded how shallow they are.
Here's a fine example:


Here's the answer I had today from Israelly "cool" https://twitter.com/israellycool on the only documentary ever made in cinema history on Jewish poverty (20% of Jews live in poverty)
I asked if he could give a hand ? share ? do something ? Not much.  I contacted him many times over the years. He never answered. Except today. And what an answer...!


The guy brags about debunking stuff on antisemitism https://www.israellycool.com/category/libels/ but you won't find a single line on the number 1 stereotype on Jews on his blog.

But when it comes to palestinians, suddenly....



it just cannot work. Insincerity at its finest...

---------

Crazy....
You want to help and all you got is:

Aussie Dave

16:35 (il y a 8 minutes)
À moi

This is only the start, fuckhead

---------


Keep entertaining me.
No idea who you are, but you clearly picked on the wrong person

-----------

You "don't know who i am" but you have my name, profession  etc....
Poor guy...

----------

Feel free to publish the rude email right below...

"non jewish person" like if it's a crime...
Poor guy...

------------

Let me be REAL clear.

U email me out of blue. No idea who you are. You are rude and disgusting to me
You write some post about me
(which I am sure will not be read by more than say 5 people.

Nevertheless, you think u can bully me?
Not gonna happen.

You are toast in the pro Israel world.
I will make sure no one takes you seriously after this disgusting hit job.

-----------

Aussie Dave

16:53 (il y a 0 minute)
À moi
antisemitic piece of shit
You should be scared..google your name after his limp dick

----------

And it all started because of this "rude email":

Hi

I made the 1st documentary in cinema history on Jewish poverty in order to tackle some stereotypes.

https://medium.com/@JewsGotTwitt3r/jewish-poverty-a-damaging-taboo-9654c8c1aed3

Maybe you'd like to give a hand ?


Regards,
-Sasha


-----------


Aussie Dave

17:21 (il y a 15 minutes)
À moi
Not interested dickhead.

You trolled me now you are gonna pay the consequences.

Last email from me

-----------

Please make them laugh on how I am antisemite and anti Israel...
https://fr.timesofisrael.com/search/?q=sasha+andreas&submit=

-------------------------------------------------------------------------

Of course, the coward disappeared never to be heard of again...
And still 0 mention on Jewish poverty on his blog.
And those people pretend to fight antisemitism...


Mettre le nez de certains ds leur propre merde ne plait pas.
Réaction typique de pervers-narcissiques...
Quand tu leur démontres leur connerie: "Non, ça ne m'intéresse pas, t'es un connard"

mercredi 15 mai 2019

Aux racines économiques de l’antisémitisme

Dans sa chronique au « Monde », l’économiste Paul Seabright évoque une étude montrant que, à partir du XVIe siècle, la montée de l’antisémitisme en Allemagne est surtout le fait des villes calvinistes où les financiers protestants entrent en concurrence avec les prêteurs juifs.
Chronique. La remontée de l’antisémitisme dans le monde ces dernières années est souvent habillée dans des discours prétextant des motivations idéologiques. Depuis des siècles, des antisémites s’appuient sur des fictions plus ou moins grossières pour tenter de justifier leur haine. Il serait pourtant trompeur de penser que l’antisémitisme fleurit uniquement dans un contexte de propagande, ou que ses racines sont uniquement culturelles. Parfois ces fictions se répandent précisément parce que ceux qui les entendent ont des motivations plus cyniquement économiques pour y croire, ou pour faire semblant d’y croire.
Un article fascinant paru ce mois-ci dans une prestigieuse revue américaine analyse six siècles d’antisémitisme pour montrer que, malgré son habillage idéologique, l’antisémitisme a également des racines économiques (« Religion, Division of Labor, and Conflict : Anti-Semitism in Germany over 600 Years », Sascha O. Becker et Luigi Pascali, American Economic Review 109/5, 2019).
Aux XIVe et XVesiècles, l’interdiction du prêt à intérêt par l’Eglise catholique rendait les activités économiques des juifs et des chrétiens complémentaires
L’idée de base est très simple. Aux XIVe et XVe siècles, l’interdiction du prêt à intérêt par l’Eglise catholique rendait les activités économiques des juifs et des chrétiens plutôt complémentaires ; les uns avaient besoin des autres et vice versa. D’autant plus que le niveau d’éducation moyen des catholiques était bien inférieur à celui des juifs car le catholicisme offrait peu d’incitations au peuple à poursuivre l’éducation.
La Réforme, au début du XVIe siècle, non seulement permettait aux protestants de s’impliquer dans les prêts à intérêt, mais offrait des incitations plus importantes à l’éducation : un protestant lettré pouvait lire la Bible dans sa propre langue sans devoir apprendre le latin. Résultat : les activités économiques des protestants et des juifs n’étaient plus complémentaires mais devinrent substituables, donc concurrentes. Et entre concurrents, les coups les plus bas devinrent envisageables.
Les auteurs de cet article montrent comment, après la Réforme, les manifestations antisémites se sont multipliées dans les régions protestantes d’Allemagne par rapport aux régions catholiques. Il s’agit autant d’actes (pogroms, massacres et expulsions de communautés juives) que d’écrits (publications de livres aux titres antisémites).
En soi ces observations seraient compatibles avec une explication purement culturelle de la montée de l’antisémitisme : à cause de serments et de prêches des pasteurs protestants, par exemple (vers la fin de sa vie, Martin Luther s’était livré à de violentes attaques antisémites).

Résurgence de l’antisémitisme après la Réforme

Mais les auteurs vont plus loin. Ils démontrent que la résurgence de l’antisémitisme après la Réforme dans les régions protestantes a été plus forte dans les villes où le commerce fut une activité plus importante au XVe siècle, et encore plus dans les villes où les juifs étaient davantage impliqués dans le prêt à intérêt. C’est cette activité économique préalable, et non pas un quelconque attachement à la théologie du protestantisme, qui explique la montée en puissance des actes et des écrits antisémites.

Si la théologie plutôt que la compétition économique était en cause, les villes gouvernées par les disciples de Luther auraient été plus antisémites que les villes gouvernées par les disciples de Calvin, car Luther était plus antisémite que Calvin, et ce dernier était plus tolérant au principe de l’activité du prêt à intérêt. Or c’est précisément dans les villes gouvernées par les disciples de Calvin, où les entrepreneurs protestants se sont mis à exercer des activités financières jusque-là occupées par les juifs, que l’antisémitisme a augmenté le plus.
Les leçons pour nos jours sont évidentes. Si les discours antisémites, comme beaucoup de discours racistes, s’habillent souvent d’un langage idéologique qui évoque des principes grandioses de protection des religions, des cultures ou des identités nationales, ils font en réalité souvent appel à des instincts de jalousie très bassement économiques.


Paul Seabright (Institut d'études avancées de Toulouse)

lundi 29 avril 2019

"LES JUIFS PAUVRES" : UN FILM DOCUMENTAIRE DÉRANGEANT ET INTERPELLANT !!

(...)

C’est lui, Sasha Andreas, un bordelais qui a grandi entre Andernos et la ville qui se couche sur la Garonne. Sasha est un réalisateur convaincu qui a connu ses premiers souvenirs de cinéma dans cette ville. Il allait à l'école Montgolfier dans les années 80 à Bordeaux. Ses grands-parents, les Estrabou, tenaient « Le Khédive », un tabac-presse, au 2 allées de Tourny, aujourd'hui rebaptisé « L’Intendant », dont sa famille est toujours propriétaire des murs.

(...)

Le réalisateur plus décidé que jamais souhaite « que ces faits soient plus mis en avant afin de secouer les consciences. Malheureusement, pour une raison que je ne comprendrais jamais, ce sujet dérange ». La preuve, en France, aucune association (juive ou pas) n’a voulu aidé le réalisateur dans son projet. Plus encore : « Quand je contactais des médias juifs français, ils restaient muets. Mais bizarrement, quand j'obtiens, avec difficulté, des articles dans des médias généralistes, l'article est copié/collé par ces mêmes médias....preuve qu'on est sur la bonne voie ».

(...)

Pourquoi la réalisation de ce document ?Le meurtre d'Ilan Halimi m'a fortement poussé de l’avant. De plus, jamais un documentaire sur ce sujet n'avait été réalisé, ça me semblait important d'informer. Certains m'ont dit qu'il n'avait jamais pensé que des juifs pouvaient être pauvres, que ça leur avait ouvert les yeux. Pari réussi donc. Mais ça reste assez confidentiel.

  • Quels messages forts vouliez-vous transmettre ?
    Je voulais expliquer qu'une grande partie des juifs à travers le monde vivent sous le seuil de pauvreté. Les études sont régulières, disponibles sur plusieurs pays. Ce n'est pas une information cachée. Il suffit de s'y intéresser et surtout de relayer, ce qui est très rare.
(...)

  • A votre avis, pourquoi votre projet n'a pas eu de soutien, avant son lancement, pendant et après ?Pourquoi aucune association dans mon pays ne m'a aidé est un mystère ? A mon avis c'est un mix de lâcheté, de désintérêt, une envie de "ne pas faire de vagues" et j'irai même plus loin: une envie de coller au stéréotype du juif qui réussit. Nous avons tourné à New York et seul le Huffington Post a bien voulu nous parler. A ce jour aucun média juif US n'a relayé. Montrer des "losers" n'est pas flatteur. Je ressens clairement ça quand je discute avec des américains. Ils font des grands yeux. Là- bas si on est pauvre, c'est qu'on le veut bien. Si on est juif et pauvre c'est qu'on a rien compris. Il faut savoir qu'il y a des juifs new yorkais qui ignorent qu'il y a des juifs pauvres dans leur propre ville.
  • Dans le débat en France sur l'antisémitisme, dans quelle optique votre documentaire se positionne ?
    J’ai eu cette idée en 2007. J'ai contacté plusieurs personnes afin de le monter. Personne ne répondait. Je sentais que cette montée d'antisémitisme, que certains semblent découvrir seulement maintenant, n'allait pas s'arrêter. L'histoire nous démontre qu'il y a toujours un crescendo. La popularité d'un Dieudonné par exemple est inquiétante. Nous avons fait ce documentaire finalement en 2012 car ça nous semblait utile et complètement coller à son temps. Nous avons tourné à New York car seulement des new yorkais nous avaient répondu. Il aurait été plus simple pour nous de tourner en France, mais malheureusement ça a coincé.
  • Mais à sa sortie officielle, votre film documentaire n’a pas laissé indifférent ?
    Tout à fait, par exemple, les médias juifs français ne me répondaient jamais, mais ils se font un plaisir de copier/coller ce que j’obtiens ailleurs. Preuve que nous sommes sur la bonne piste. Leur manque d'implication est préjudiciable. Il faut souligner que l'écrasante majorité des gens qui nous soutiennent ne sont pas juifs. Ils perçoivent le problème et prennent le temps de dialoguer avec nous. Il faut de l'action. Je suis très pessimiste. Il ne suffit pas d'appeler "au sursaut" il faut se bouger.